• Contenu du site mis à jour le 22 mai 2024

Bases & Netsources - Accueil

L’intelligence économique commence par une veille intelligente

Revue des moteurs de recherche à l’heure de ChatGPT

Carole Tisserand-Barthole
Bases no
413
publié en
2023.04
1415
Tags
Réduire Augmenter Taille de la police
Revue des moteurs de recherche à l’heure de ChatGPT Image 1
Revue des moteurs de recherche à l’heure de ChatGPT Image 1

Le bouleversement de ce début d’année 2023, c’est bien évidemment le lancement grand public de ChatGPT et plus largement la course à l’intégration de l’IA générative dans tous les outils du quotidien et du monde professionnel.

Les moteurs de recherche Web dans leur ensemble se sont tous précipités pour intégrer cette dimension à leurs moteurs, certains intégrant directement GPT-3 ou 4 comme Bing et d’autres préférant utiliser d’autres modèles.

Cette intégration de l’IA générative et conversationnelle dans les moteurs apporte sans conteste une dimension nouvelle à la recherche d’information sur le Web.

Mais est-ce que cela améliore réellement les moteurs Web ? Cela permet-il de trouver plus rapidement de l’information, de trouver des informations qui n’arrivaient pas à émerger dans les moteurs de recherche, d’explorer plus en profondeur la fameuse longue traîne ?


Lire aussi : 

Les moteurs gratuits, c’est fini

L’actu du Veilleur : plein phare sur l’IA

Quels outils utiliser pour bénéficier de ChatGPT ?

Nous avons testé Kagi Search, un nouveau challenger de Google

Presearch permet de chercher depuis la localisation de son choix

Nous avons testé Neeva, le moteur qui pourrait remplacer Google chez les pros de l’info


C’est ce que nous avons voulu explorer dans cet article en proposant tout d’abord un tour d’horizon des solutions d’IA génératives qui ont été intégrées aux moteurs de recherche ces derniers mois - et ils sont nombreux - et en évaluant ensuite ce que cela change en matière de performance et d’efficacité quand on recherche de l’information sur le Web. Alors que Google restait indétrônable depuis des années pour les professionnels de l’information, est-ce que l’apparition de ces assistants rebat les cartes et faut-il revoir sa stratégie sur les moteurs de recherche ?

Nota Bene 

L’apparition de ChatGPT auprès du grand public et plus largement des IA génératives et la multiplication des outils qui utilisent ces technologies pour de multiples usages constituent un sujet extrêmement vaste. Pour cet article, nous avons choisi un angle bien précis : l’intégration d’IA génératives par les moteurs de recherche classiques déjà présents sur le marché et le bouleversement que cela peut représenter pour la recherche d’information.

Comprendre les IA génératives pour comprendre leur place dans les moteurs

ChatGPT avec son modèle GPT-3 et 4 : une IA générative parmi d’autres

Comprendre l’intégration de l’IA générative dans les moteurs nécessite d’avoir certains éléments de contexte en tête. C’est donc ce par quoi nous commencerons cet article.

OpenAI avec le lancement de ChatGPT a réussi l’exploit d’éclipser tous les autres acteurs travaillant sur les sujets de l’IA générative et à imposer son produit sur le marché. Mais en réalité, cela fait des années que plusieurs acteurs et notamment les Gafams travaillent sur le développement d’IA conversationnelles et génératives qui pourraient venir enrichir les moteurs de recherche.

En 2017 déjà, nous avions assisté à la conférence « Search Solutions » à Londres où l’un des Research Scientists de Google était venu expliquer que l’un des axes de développement de Google était alors la recherche conversationnelle.

Voir l’article « De la recherche classique à la recherche conversationnelle » (BASES, n°354, décembre 2017) que nous avions écrit à l’époque.

On retiendra avec attention que ce même intervenant avait alors évoqué les conditions nécessaires pour la mise en place opérationnelle d’un système de recherche conversationnelle au sein des moteurs :

● le système doit permettre d’expliciter le besoin réel de l’utilisateur ;

● le système doit révéler à l’utilisateur ses capacités et son corpus afin de lui montrer ce qu’il peut faire ou non ;

● le système et l’utilisateur peuvent chacun prendre l’initiative d’intervenir quand cela est utile ;

● des éléments de mémoire doivent être introduits. L’utilisateur doit pouvoir faire référence à des choses qu’il a dites plus tôt dans la conversation ou dans d’autres conversations ;

● le système doit être capable d’apporter si besoin des ensembles d’information complémentaires et de les agréger.

En 2017, aucun système n’arrivait à réunir les différentes conditions pour pouvoir l’implémenter dans le moteur de recherche. Dans les années qui ont suivi, Google a continué à intervenir dans différentes conférences sur le thème de la recherche conversationnelle, mais cela n’avait pas été intégré dans des produits grand public, tout simplement parce que les conditions n’étaient toujours pas réunies. Fin 2022, aucun acteur (et pas seulement Google) travaillant sur le sujet n’avait encore jugé les technologies suffisamment matures pour les lancer auprès du grand public.

Mais OpenAI est passé par là et a pris tout le monde de court en mettant sur le marché un produit qui ne remplit pas toutes les conditions, mais qui est impressionnant. Le coup de maître (ou l’inconscience selon les points de vue) d’OpenAI à « dégainer en premier » et éclipser tous les autres acteurs marque, dans tous les cas, un tournant. Et un retour en arrière est plus qu’improbable. Face à ce lancement, tous les moteurs de recherche ou presque ont voulu sauter dans le train en marche : Google pour ne pas donner l’impression de ne plus être le leader du « Search » sur le Web et les autres moteurs pour avoir enfin une chance de surpasser Google.

tags

Déjà abonné ? Connectez-vous...

Les abonnés peuvent poster des commentaires ! N'hésitez pas à vous abonner à Bases et Netsources...