• Contenu du site mis à jour le 16 mai 2024

Bases & Netsources - Accueil

L’intelligence économique commence par une veille intelligente

Dialog devient une source pour l’open access avec la base Publicly Available Content

François LIBMANN
Bases no
394
publié en
2021.08
403
Réduire Augmenter Taille de la police
Dialog devient une source pour l’open access avec la base ... Image 1
Dialog devient une source pour l’open access avec la base ... Image 1

Les sources permettant d’obtenir des articles scientifiques et académiques en libre accès sont de plus en plus nombreuses. Les serveurs et bases de données classiques, après avoir longtemps été réticents à les inclure à leur corpus, commencent à les intégrer à leurs offres soit en les intégrant directement à leurs bases existantes, soit en créant des bases spécifiques dédiées à l’open access. C’est à cette dernière catégorie qu’appartient la nouvelle base de Dialog, appelée Publicly Available Content.

Un rapide panorama des sources pour trouver des articles en open access

Les serveurs payants (Dialog, Scopus, STN…) en référencent certains, mais il existe de nombreux sites en accès libre qui proposent gratuitement l'accès à des références, avec dans la plupart des cas, un lien vers le document original. Mais il faut noter que très souvent, seule une partie des documents eux-mêmes est en libre accès, les autres étant payants.

Les possibilités de recherche sur ces sites ne sont pas inexistantes mais plus ou moins développées.

On peut citer parmi les plus connus, sachant qu’il en existe de nombreux autres :

Bielefeld Academic Search Engine (BASE) qui propose plus de 240 millions de références de documents de toutes natures provenant de plus de 9 000 partenaires parmi lesquels environ 60 % sont en libre accès, la part de documents en libre accès pour chaque partenaire étant très variable ("variant de 1 à 100 %" selon l'éditeur).


Lire aussi :

Tour du monde des sites de thèses en accès libre


COnecting REpositories (CORE) propose plus de 209 millions de références dont 89 millions (environ 43 % en accès libre) provenant de plus de 10 000 partenaires.

On citera également Google Scholar, bien connu et beaucoup/trop utilisé, dont on sait qu’il ne donne aucun élément chiffré sur son contenu. Certains l’évaluent à plus de 300 millions de références, ce qui en ferait la ressource la plus volumineuse. Mais, là encore, les documents référencés ne sont pas tous gratuits.

tags

Déjà abonné ? Connectez-vous...

Les abonnés peuvent poster des commentaires ! N'hésitez pas à vous abonner à Bases et Netsources...